La Banque mondiale met en garde contre une forte hausse des prix des aliments jusqu’en 2024 après le conflit en Ukraine

La guerre en Ukraine provoque une vague d’inflation « sans précédent » qui entraînera des mesures mondiales sévères pour en atténuer les effets

La Banque mondiale vient d’annoncer que toutes les économies seront confrontées à une série de problèmes liés à la hausse des prix. L’entité assure qu’en raison du conflit ukrainien, le prix des aliments et de l’énergie connaîtra une croissance continue qui s’étendra jusqu’en 2024. Cela signifie qu’au cours des trois prochaines années, et dans le prolongement de la guerre ou des sanctions contre la Russie, il y aura une vague d’inflation « sans précédent », comme l’a indiqué l’institution.

« Si la guerre en Ukraine s’éternise ou si des sanctions supplémentaires sont imposées à la Russie, les prix pourraient continuer à augmenter et devenir plus volatils que prévu actuellement », a déclaré la banque.

Les derniers rapports de l’organisation ont révélé que des chocs mondiaux sur les prix des produits de base sont attendus. Cela entraînera un risque de stagnation inflationniste dans certaines économies, ce qui pourrait avoir des conséquences très négatives pour les pays qui ne peuvent pas se permettre de payer les prix élevés de certaines ressources.

Depuis le début de cet événement, les gouvernements ont cherché un certain nombre d’alternatives urgentes pour rendre l’impact aussi léger que possible. Mais la guerre ne fait qu’aggraver la situation, car de nombreux produits de base proviennent directement de Russie et d’Ukraine. Ces deux pays sont les plus grands exportateurs mondiaux de nombreuses ressources, ce qui signifie que, lorsqu’on cherche des solutions ailleurs, il y a une nette pénurie de matières premières. En conséquence, les prix finissent par augmenter considérablement, provoquant une guerre des coûts.

Cette situation a toutefois conduit à une analyse globale peu favorable à l’économie internationale. La Banque mondiale souligne que la guerre est le pire facteur économique dans le monde, en termes de hausse des prix des produits de base, depuis les années 1970.

On note également que ce n’est pas depuis 2008, année où l’une des pires crises a frappé toutes les économies, que l’on a assisté à une telle exagération des prix de certains produits. De même, des restrictions sur le commerce des denrées alimentaires, des carburants et des engrais agricoles sont introduites, ce qui a un impact sérieux sur les pressions inflationnistes.

La Russie et l’Ukraine figurent parmi les plus grands exportateurs mondiaux de plusieurs ressources. D’une part, la Russie est le premier exportateur mondial de gaz naturel et d’engrais, et le deuxième exportateur de pétrole brut. D’autre part, avec l’Ukraine, sa production de blé représente environ un tiers des exportations mondiales de blé, 19 % du maïs et 80 % de l’huile de tournesol dans le monde. 

La Banque mondiale prévoit que, suite à la perturbation de ces biens, les prix de l’énergie augmenteront de plus de 50 % cette année, même s’ils devraient commencer à baisser en 2023 et 2024. Pendant ce temps, les produits agricoles et minéraux devraient augmenter de 20 % avant de commencer à baisser à peu près à ce moment-là. Tout dépendra de la durée du conflit et de l’ampleur du blocus international imposé à la Russie.

À l’heure actuelle, les derniers développements incitent les banques centrales et les gouvernements à lutter pour trouver des alternatives. Ils tentent de convaincre les consommateurs en réduisant certains prix. Ces mesures stimuleraient les marchés et les investissements directs, qui promettent également de créer de nouveaux emplois, uniquement si le taux d’inflation reste faible.

Source: atalayar.com

Vous aimerez aussi...